26 déc. 2018
Depuis 2016 et la fin quasi acquise de Daech en Irak et en Syrie, la France s'interroge sur sa politique syrienne. http://ptv.io/2gDn
Dans les cercles fermés de la diplomatie française, personne ne peut prétendre que cette politique menée par les administrations successives depuis 2011 et basée sur une obsession atlantiste soit un succès : appui militaire et politique d'envergure aux milices terroristes qaidistes et autres, liens troubles avec Daech, frappes directes contre les sites militaires syrien et russe, soutien au séparatisme kurde...Paris a à son actif un casier qui réduit presque à néant ses chances d'une normalisation avec l'État syrien et par conséquent, une participation au juteux marché de reconstruction en Syrie.
En juillet dernier et au lendemain de la libération de la Ghouta Orientale, la France a envoyé un convoi d'aide humanitaire à destination des zones sous contrôle de Damas.
Mais depuis, la rage anti-Assad a pris le dessus à Paris. Et voilà que l'annonce surprise du retrait US de la Syrie prend la France de court.
André Chamy, juriste en droit international et Ayssar Midani, analyste franco-syrienne des questions internationales s'expriment sur le sujet.

Syrie: Poutine met en garde la France(débat)

https://www.youtube.com/watch?v=T5hdeZvdvuE