Ni la frange de population qui y a répondu , ni la conception "fermée" à certaine thèmes du questionnaire ne permettent de généraliser les résultats de ce « grand débat » pour légitimer les futures décisions, qui seront dévoilées mi-avril par le président de la République comme l'annonce Edouard Philippe.... Il ne servira donc qu'à ce pour quoi il était prévu sans doute: donner un vernis de légitimité aux prochaines décisions de Macron.

 

Surprise: le «grand débat» valide les choix de Macron

8 avril 2019 Par et       //  MEDIAPART

Les bonnes résolutions d’Édouard Philippe n’auront duré que quelques minutes. Dans son discours suivant la restitution du « grand débat », organisée lundi 8 avril au Grand Palais de Paris, le premier ministre a pris plusieurs précautions oratoires pour expliquer que la synthèse de la consultation n’avait « pas l’exhaustivité comme objectif ».....

 

Extraits:

Des contributions au « grand débat », fatras de chiffres difficiles à interpréter, mais présentés en grande pompe lundi 8 avril, le premier ministre a essentiellement retenu ce qui l’arrangeait : baisse des impôts, baisse des dépenses publiques, réorganisation des services publics et renouvellement démocratique a minima.

(...) "ce n’est pas « la France » qui s’est exprimée, mais une certaine France, comme en témoignent les documents publiés par OpinionWay et Roland Berger. Les données sociologiques disponibles ne laissent aucun doute sur ce point : la densité de répondants est la plus forte à Paris, dans les Hauts-de-Seine, dans les Yvelines et dans le Rhône. Sur la partie du questionnaire en ligne concernant la « fiscalité et les dépenses publiques », on remarque que deux régions ont un poids dans les contributions plus élevé que celui qu’elles ont dans la population : Auvergne-Rhône-Alpes et Île-de-France. Autrement dit, les agglomérations lyonnaise et parisienne.

Les zones rurales sont en revanche très nettement sous-représentées ...

(...) En réalité, la France du « grand débat » ressemble à la France qui va bien et qui accepte les grandes lignes idéologiques du gouvernement. Bref, une France qui a les traits de l’électorat d’Emmanuel Macron."

Lire l'article ......