À l’automne 2018, quelques semaines avant le déclenchement du mouvement social « gilets jaunes » étaient parus deux ouvrages essentiels qui jetaient, chacun à sa façon, une lumière crue sur l’état de notre pays. Tout d’abord celui de Christophe Guiluy poursuivant avec
« No society » son travail sur la description d’une France fracturée et segmentée sur les plans géographiques, sociaux et culturels. Jean-Claude Michea quant à lui avec « Le loup dans la bergerie » inscrivait l’arrivée d’Emmanuel Macron dans son cadre politique, avec un sous-titre éloquent : « qui commence par Kouchner finit toujours avec Macron ». Quiconque les avait lus ne pouvait pas être surpris par l’explosion populaire des gilets jaunes même si sa violence et son intensité était quand même imprévisibles.

À quelques jours du premier anniversaire de ce mouvement et quelques semaines du déclenchement de la bataille sociale qui ne manquera pas de rythmer le débat sur la réforme des retraites, Jérôme Sainte-Marie publie à son tour un ouvrage essentiel.

Dans « Bloc contre bloc, la dynamique du macronisme » le politologue procède à une brillante analyse de la situation socio-politique dans laquelle se trouve la France au milieu du mandat présidentiel d’Emmanuel Macron.

Après avoir été en 2015 un des premiers à documenter la prochaine disparition opératoire du clivage droite/gauche et avoir identifié la structuration d’une classe sociale qu’il appelait le « bloc élitaire », il vient cette fois-ci analyser les origines de l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron et ses conséquences notamment par l’émergence en réponse d’un « bloc populaire ». Utilisant de façon heureuse les outils que nous ont laissés Karl Marx, Alexis de Tocqueville, Raymond Aron et quelques autres, il décrit précisément la composition et les fonctionnements économiques, culturels, politiques et électoraux de chacun des deux blocs. Pour en faire apparaître l’affrontement inévitable, affrontement qui est la résultante d’un conflit de classes dont il établit de façon plus que convaincante la réalité.

Avec deux conséquences si ce mandat va jusqu’au bout :

•            Marine Le Pen peut l’emporter à la présidentielle de 2022.

•            Pour le bloc élitaire, Emmanuel Macron n’est probablement pas le bon candidat, mais il n’y a pas de plan B.

Pour inciter à la lecture de cet outil indispensable, je lui ai demandé de nous en dire un peu plus.

 

https://rnr.tv/o/Content/co12150/j-r-me-sainte-marie-le-vote-populiste-c-est-quasiment-un-lecteur-sur-deux-
***
Commentaire complétant cette analyse


Bonjour Régis , bonjour à celles et ceux lectrices et lecteur de votre Blog

Un grand merci pour l’ éclairage pertinent depuis cette association intellectuelle entre Monsieur Sainte- Marie et de vous même , cher Régis ,

En analyse Marxiste ,les superstructures (religion ,identité., éthique sociale) déterminent les moyens de productions ou infrastructures : justifications de la domination de la ou les classes au pouvoir
Ceux disposant de la propriété des moyens ou outils de production mènent la danse , imposent leur tempo , leur point du vue sur ce que doit être et ou revêt la notion de progrès .

Pour se maintenir et s’étendre au pouvoir sans partage, le jeu dudit centre BOBO est de s’allier au ghetto des petites mains de service uber , delivero & co contre la périphérie petits blancs (artisans ,petits patrons, professions libérales, agriculteurs , indépendants , bénéficiaires d’un CDI, d’un statut fonctionnaire titulaire de classe C et D etc…) Cet attelage fit l’aventure du Parti Démocrate emmené par Madame Clinton aux Usa
battue par le jeux des états et majoritaire en voix à l’égale du précédent Gaston Deferre face Jean-Claude Gaudin pour le dernier mandat du premier nommé en 1983

le jeu consiste a faire du sociétal autrement dit du privilège CQFD de la Loi privé privus lex pour les désirs individuels et ou pour les subventions associatives pour les diversités au détriment du social civis lex (la structure) avancées globales bénéficiant à tous les citoyens de manière uniforme par exemple la Sécu sortie de la combinaison -coalition Gaullo-Coco de 1944-1946
de faire croire que l’on doit résoudre ses problèmes par la force de son individualisme, seul contre tous avec le moins de contributions  » les affreuses charges » sociales possibles ainsi après le permis à points , le progrès est la retraite à points ou à point est en ligne de mire …..
L’essence même du Macronisme est le jeu dangereux transgressif des interdits qui naguère par analogie consista lors de la crise dite de la vache folle par exemple à nourrir par des cadavres en farines animales les bovins qui normalement broutent de l’herbe pour le succès sanitaire que l’on sait !!!

la superstructure qui se dégage est l’alliance de court terme nomade – diversité ou diverses cités

En France , le risque encouru est bien plus grand que celui d’une classique lutte des classes type 1936 , plus encore qu’une guerre civile type guerres « françoises » de 1562 à 1595 et ou celles des révolutionnaire(les gauches montagnardes , girondines ) aux prises avec les légitimistes ( droites monarchistes bourbonnes , orléanistes bonapartistes) de 1789 à 1914 …. Il s’agit de la probabilité d’ une abominable guerre infra- hexagonale parce qu’il n’y a plus de socle national , patriotique masse terrestre capable de transcender les déferlantes des intérêts de classes , faits religieux et ou idéologiques en plein essor

Attention à l’Année 2020 type quarantièmes rugissants
Les marins rapportent que sous les 40 degrés rugissants, il n’y a plus de loi, mais sous 50 degrés hurlants il n’y a plus Dieu »

Plaise à la Providence que ce post soit finalement à côté de la plaque

Salutations Républicaines

C